Comment traiter les hémorroïdes au cabinet médical sans chirurgie ?

Chirurgie générale et digestive

|

04 janvier 23

Comment traiter les hémorroïdes au cabinet médical sans chirurgie ? | Dr Servajean | Paris 17
Les hémorroïdes peuvent avoir plusieurs degrés de sévérité. En fonction du caractère urgent de l’atteinte, différentes solutions thérapeutiques sont possibles. Lorsque la situation le permet, il est possible de soigner les hémorroïdes sans chirurgie au cabinet médical.

Qu’est-ce que les hémorroïdes ?

Les hémorroïdes résultent de la dilatation des veines hémorroïdaires, situées dans le canal anal au niveau de la partie basse du rectum. Elles se présentent alors sous la forme de varices au canal anal qui peuvent provoquer des complications comme un prolapsus, des saignements ou une thrombose. Les hémorroïdes ressemblent à des petits coussinets remplis de lacs artérioveineux qui puisent leur irrigation des artères hémorroïdaires. On en distingue deux types :
  • Les hémorroïdes internes, qui prennent la forme de petites varices veineuse à l’intérieur du canal anal, dont les différents stades d’évolutivité entraînent des complications plus ou moins importantes, et plus ou moins réductibles, comme un prolapsus.
  • Les hémorroïdes externes, qui se caractérisent par l’apparition de petites tuméfactions, ou thromboses veineuses bénignes, à l’extérieur du canal anal et qui entraînent souvent des douleurs.

Quelles sont les causes d’apparition des hémorroïdes ?

Plusieurs facteurs peuvent expliquer l’apparition des hémorroïdes. En règle générale, les causes sont multiples et s’associent entre elles.

Il peut s’agir d’un contexte héréditaire familial, d’une grossesse, d’une obésité, du port de charges lourdes, d’une station assise ou debout prolongée, de diarrhée ou constipation récurrente, d’une cirrhose, etc.

Contrairement à ce que l’on pense, manger des aliments épicés ou boire du café ne constitue pas des causes majeures d’apparition de problèmes hémorroïdaires.

Quelles sont les conséquences de la présence d’hémorroïdes au quotidien ?

Les pathologies hémorroïdaires peuvent entraîner des symptômes très invalidants au quotidien. Bien souvent, les patients ressentent une sensation de brûlure ou de tiraillement au niveau de l’anus.

Mais le signe clinique le plus handicapant est la douleur. Lors d’une crise hémorroïdaire, des douleurs se manifestent, accompagnées d’une sensation de chaleur, de gonflement ou de pesanteur au niveau de l’anus. Ces douleurs sont majorées pendant l’exercice physique ou la défécation, et aller à la selle devient très vite compliqué. La position allongée soulage généralement ces douleurs qui peuvent durer quelques jours.

Des saignements de sang rouge par l’anus font aussi partie des conséquences possibles des hémorroïdes, notamment après être allé aux toilettes. L’intensité des saignements varie et peut aller de simples traces répétées sur le papier toilette aux saignements qui tachent les sous-vêtements.

D’autres complications peuvent survenir, comme un prolapsus (qui correspond à l’extériorisation des hémorroïdes internes par l’anus, soit de façon ponctuelle après un effort ou la défécation, soit de façon permanente). Celui-ci s’accompagne souvent d’une gêne, de sensations de démangeaisons ou brûlures et même d’un suintement.

Une thrombose des hémorroïdes externes signifie qu’un caillot de sang s’est formé à l’intérieur de l’hémorroïde. Elle entraîne de vives douleurs et l’apparition soudaine d’une tuméfaction bleue très douloureuse à l’entrée de l’anus.

Comment traiter les hémorroïdes au cabinet médical sans chirurgie ?

La prise en charge thérapeutique des hémorroïdes dépend de leur type et de leur stade d’évolution.

Hémorroïdes externes

Lorsque les hémorroïdes externes ne sont pas trop évoluées, il est possible de les traiter sans chirurgie grâce à des médicaments associant des antalgiques (type Paracétamol) et des analgésiques locaux (type Titanoréïne, Xylocaïne gel, etc.) ou bien encore par l’administration de traitement AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens type Kétoprofène).

Hémorroïdes internes

La première ligne de traitement des hémorroïdes internes consiste à prescrire des traitements médicaux, peu importe leur stade. Selon l’importance des douleurs, le traitement peut comprendre des AINS, un antalgique (type Paracétamol ou Tramadol), un laxatif (huile de paraffine), un analgésique local en gel ou pommade (type Titanoréïne, Xylocaïne gel…).

Les hémorroïdes de stade 1 ne nécessitent pas de traitement chirurgical. Mais dans certains cas, un traitement par photocoagulation infrarouge endoscopique ou ligature élastique peut être envisagé sous simple anesthésie locale.

Les hémorroïdes de stade 2 peuvent être traitées grâce à des ligatures élastiques ou photocoagulations. Mais la chirurgie ou la radiofréquence peuvent être recommandées chez certains patients.

Pour les hémorroïdes de stade 3 et 4, le traitement médical n’est pas suffisant et il faut envisager un traitement chirurgical des hémorroïdes pour les soulager ou par radiofréquence.

Article rédigé par le Dr Stéphane Servajean

Fort d’une expérience de plus de 3000 opérations de chirurgie bariatrique réalisées, je suis chirurgien du système digestif spécialisé dans la chirurgie de l’obésité depuis 2002. Ma raison d’être est de vous aider à combattre les pathologies des organes digestifs.

Laisser un commentaire

Rechercher :

Prendre RDV en ligne