Les complications possibles après une opération proctologique

Chirurgie générale et digestive

|

25 janvier 24

Les complications possibles après une opération proctologique | Dr Servajean | Paris 17
Les opérations proctologiques sont des interventions chirurgicales généralement efficaces et bien tolérées. Mais dans certains cas, elles peuvent parfois entraîner des complications postopératoires qui nécessitent une attention particulière. Comment reconnaître une complication postopératoire proctologique ? Quelles sont les différentes interventions qui peuvent entraîner ces effets, et quand consulter un proctologue ? Le Dr Servajean vous donne quelques éléments de réponse.

Quelles sont les complications postopératoires possibles ?

Les complications postopératoires sont rares après une opération proctologique, mais elles ne sont pas impossibles. Elles peuvent être de nature infectieuse, hémorragique, fonctionnelle ou esthétique. Voici quelques exemples de complications possibles :
  • Un retard de transit : anesthésie, médicaments, peur d’aller à la selle… Un retard de transit entraîne des ballonnements, des douleurs ou une constipation qu’il convient de prendre en charge avec une alimentation adaptée, des traitements médicaux ou locaux selon l’étendue du trouble.
  • Une infection : qui peut concerner la plaie opératoire, le site de l’anesthésie ou le système urinaire et se manifester par de la fièvre, des douleurs, des rougeurs ou des écoulements. Elle implique généralement la prise d’un traitement antibiotique et parfois un drainage chirurgical.
  • Une hémorragie : qui peut survenir pendant ou après l’opération, au niveau de la zone opérée ou à distance. Elle se traduit par des saignements, une anémie, ou une hypotension. Elle peut nécessiter une transfusion sanguine, un traitement local, ou une réintervention.
  • Une sténose de l’anus ou du rectum : qui peut entraver le passage des selles et nécessiter une dilatation, un traitement médical ou une nouvelle chirurgie.
  • Une rétention urinaire : qui dans certains cas peut nécessiter une sonde vésicale transitoire ou de manière prolongée.
  • Une incontinence sphinctérienne : qui se traduit par des fuites de gaz ou de selles. Elle peut découler d’une lésion nerveuse, d’une faiblesse musculaire ou d’une modification anatomique et nécessite une rééducation spécifique, un traitement médical ou une stimulation électrique.
  • Une récidive : qui peut apparaître malgré la réussite de la chirurgie et le bon respect des consignes postopératoires. Elle peut impliquer une réintervention ou un traitement alternatif.

Quelles sont les différentes opérations proctologiques ?

Les opérations proctologiques sont nombreuses et variées, selon le diagnostic et le traitement choisis. Voici quelques exemples d’opérations proctologiques :
  • La cure chirurgicale de la fissure anale : qui repose sur l’ablation de la fissure anale et le relâchement du sphincter anal en sectionnant quelques fibres musculaires et en dilatant le canal anal, de manière à soulager la douleur et favoriser la cicatrisation.
  • La cure chirurgicale d’hémorroïdes : il s’agit de l’ablation des hémorroïdes, qui sont des veines dilatées au niveau de l’anus. Elle peut se faire par différentes techniques, comme la ligature, le laser, ou la radiofréquence.
  • La chirurgie des fistules abcès de la marge anale : elle consiste à drainer l’abcès par une incision au niveau des fesses et à traiter la fistule à sa localisation exacte.
  • Le traitement chirurgical de l’abcès d’un kyste sacro-coccygien : il repose sur l’ablation simple du kyste (s’il est de petite taille), ou sur l’incision du kyste puis sur l’exérèse totale du kyste résiduel (si volumineux).

Quand faut-il consulter un proctologue ?

Il est conseillé de consulter un proctologue en cas de symptômes anormaux persistant au niveau de l’anus ou du rectum, comme :
  • Des douleurs, des brûlures, ou des démangeaisons
  • Des saignements, des écoulements, ou des suintements
  • Des difficultés à aller à la selle, comme de la constipation ou de la diarrhée
  • Des masses, des bosses, ou des verrues
  • Des antécédents familiaux de cancer colorectal
C’est notamment le cas si des signes cliniques suspects se manifestent après une chirurgie proctologique. Il est important de bien observer son suivi postopératoire régulier comme décidé avec votre chirurgien, afin de vérifier la bonne cicatrisation de la zone opérée, de prévenir les complications et de repérer au plus tôt d’éventuelles récidives.

Article rédigé par le Dr Stéphane Servajean

Fort d’une expérience de plus de 3000 opérations de chirurgie bariatrique réalisées, je suis chirurgien du système digestif spécialisé dans la chirurgie de l’obésité depuis 2002. Ma raison d’être est de vous aider à combattre les pathologies des organes digestifs.

Laisser un commentaire

Rechercher :

Prendre RDV en ligne